Positionnement GPS de précision en modes statique et cinématique

Le projet de recherche porte sur l'amélioration du positionnement GPS (Global Positioning System) en modes statique et cinématique. Le terme "amélioration" est employé ici pour signifier le raffinement de la pré-analyse, de l'acquisition, du traitement et de l'analyse des observations et des résultats obtenus du système GPS afin d'exploiter celui-ci à ses pleines capacités. En d'autres mots, l'objectif principal du projet est d'obtenir des positions les plus précises possibles afin de répondre aux besoins d'applications en mode statique telles que l'auscultation topographique des ouvrages d'ingénierie (ponts, barrages, tours, etc.) ainsi qu'en mode cinématique (levés bathymétriques, photogrammétrie, etc.).

La démarche scientifique, en ce qui a trait à l'auscultation topographique, se concentrera principalement sur les délais troposphériques relatifs. Ceux-ci sont une source d'erreur significative même sur des réseaux locaux (de quelques kilomètres de rayon) puisque les différences d'altitude entre les points géodésiques sont souvent très grandes. Différents modèles de délai zénithal, différentes fonctions de projection (mapping functions) et différentes stratégies d'estimation de paramètres troposphériques seront analysés dans ce contexte particulier qu'est l'auscultation topographique de haute précision (où l'on recherche des précisions de quelques millimètres même en altimétrie).

En ce qui concerne le positionnement cinématique de précision (i.e, le positionnement de mobiles à une précision de quelques centimètres) en mode relatif, les efforts se concentreront sur la validation de la résolution des ambiguïtés de phase (par la technique On-The-Fly) sur des vecteurs de 100 km et plus. Une attention particulière sera aussi donnée à la modélisation du délai ionosphérique lors de l'étape de résolution d'ambiguïtés de phase GPS, en utilisant, entre autres, l'information recueillie aux stations de référence.

Ce proposé de recherche se veut donc une continuité de mes projets déjà amorcés ces trois dernières années par l'entremise des subventions du CRSNG, du Fonds de Développement Technologique du Québec et des contrats de recherche de la Garde côtière canadienne (Région des Laurentides).