Extrait de l’article : Étymologie de mots reliés à la géomatique

par Rock Santerre et Stéphanie Bourgon
Article paru dans la revue Géomatique (2002), Vol. 29, No.
2, pp. 8-9.

 

La plupart des mots de langue française sont d’origine grecque ou latine. D’autres mots ont pris leurs racines de langues telles que le gaulois, le provençal, l’arabe, le néerlandais, l’italien et l’anglais. Cet article sur l’étymologie permet de découvrir l’origine de mots reliés à la géomatique que l’on utilise couramment sans se soucier de leur provenance. Par exemples, vous apprendrez que Terminus est la divinité romaine des bornes, que Mercator a donné le mot Atlas à des recueils de cartes, et que le mot satellite signifie compagnon. Les mots sont présentés en ordre alphabétique avec la date (entre parenthèses) de leur apparition dans la langue française. Les principaux ouvrages consultés pour réaliser ce travail sont présentés à la fin du document.

 

acre (1170) mot anglais, du radical latin ager « champ ».

altitude (1485) emprunt du latin altitudo « hauteur », dérivé de altus « haut ».

angle (xiie s.) du latin angulus « coin, angle », lui même de ankon « coude ».

are (1793) du latin area « surface, aire ».

arpent (1080) du latin arependis, du gaulois arepennis ou arapennis. Arpentage (1293), arpenter (1384), arpenteur de arpenteux (1453); arpanteur (1247).

astrolabe (xiie s.) d’abord astrelabe, du bas latin astrolabium, du grec astrolabos « instrument pour prendre la position des astres ».

astronomie (v. 1150) du latin astronomia « observation des astres, divination », du grec astron « corps céleste » et nomos, de nemein « distribuer, administrer ».

atlas (1585) nom donné par Mercator à un recueil de cartes figurant en frontispice un personnage mythologique, le géant Atlas, et désignant par la suite tout recueil de cartes géographiques.

azimut (1415) azimuth, de l’arabe as-samt « le chemin »; (xive s.) emprunt à l’espagnol acimut, lui-même de l’arable sumut, pluriel de samt « chemin, point de l’horizon ».


 

bathy- du grec bathus « profond ».

borne (1178) altération de l’ancien français bodne, bone; (1121) peut-être du latin populaire bodina « borne frontière » d'origine gauloise. Borner (1160), bornage (1260).

boussole (1527) de l’italien bussola « petite boîte ».


 

cadastre (1527) emprunt du mot provençal cathastre, cadastre, lui-même de l’italien catastico, du bas grec katastikhon « liste, registre », de kata « de haut en bas » et stikhos « rang, ligne ». Cadastrer (1781), cadastral, ale, aux (1790).

canton (xive s.) emprunt du mot provençal canton « coin, bord », dérivé de cant « côté, bord » avec l’influence de l’italien cantone « coin » et « portion de territoire ».

carte (1393) du latin charta « papier, feuille de papier pour écrire ». Cartographe (1829), cartographie (1832), cartographique (1838).

chaîne (v. 1080) d’abord chaeine du latin cadena, catena  « chaîne ». Chaînette (xiie s.), chaînon (1260), chaînage (1605), chaîner (1836), chaîneur (1836).


 

degré (xie s.) degret, probablement du latin populaire degradus, de de et gradus « pas, échelle »; de l’ancien français gré, greis « marche d'escalier ».

distance (xiie s.) emprunt au latin distancia « éloignement » et au figuré « différence », dérivé de distare « être éloigné ».
 

foncier, ière (1370) de fons, ancienne forme de fonds.
 

géo- du grec gé « terre ».

géodésie (1647) du grec geôdaisia « partage de la Terre », de danien « partager, diviser ». Géodésique (1584).

géoïde (1890) de géo- et -oïde « en forme de, de forme analogue ».

géomatique (1999) de géo- et informatique, proposé par le géomètre et photogrammètre français Bernard Dubuisson en 1968.

géomètre (v. 1300) du latin geometres « celui qui mesure les terres », lui-même emprunt du grec geômetrês.

géométrie (1175) du latin geometria, du grec géométria formé de gé « terre » et métrien « mesurer ».

gravité (xve s.) emprunt au latin gravitas « pesanteur ».

gyro- du grec guros « cercle » et « indiquant un mouvement tournant ». Gyroscope, mot inventé par le Français Léon Foucault en 1852.


 

horizon (v. 1360) orizon; (xiie s.) orizonte; du latin horizon, du mot grec horizein « borner ».

hydro- du grec hudor « eau ». Hydrographe (1548), hydrographie (1551), hydrographique (1551).


 

jalon (1613) du radical de jaillir, d’abord un repère planté en terre servant à déterminer un alignement (travaux d’arpentage), puis « marque, repère ». Jalonner (v. 1690), jalonneur (1835), jalonnement (1838).


 

latitude (xviiie s.) emprunt au latin latitudo « largeur, ampleur, étendue ».

loch (1683) du néerlandais log « bûche, poutre ».

longitude (1543) emprunt du latin longitudo « longueur ».

lot (v. 1138) lôt; (xiie s.) du franc lot « partie d’un tout partagée entre plusieurs personnes ». Lotir (xiie s.), lotissement (1724).
 

mesure (xie s.) du latin mensura « action de mesurer, estimation ».

mètre (v. 1220) du latin metrum, du grec metron « mesure ».

métrologie (1780) de métro- et -logie, du grec logos « science, discours ».

mille (xiiie s.) du latin mille « une unité de mesure de mille pas ».

minute (xiiie s.) de minutus « menue division du temps ».
 

navigation du latin navigare, de nauis « navire » et de igare pour agere « actionner, conduire ».

niveau (1311) nivel, altération de l’ancien français livel, liveau; (xiiie s.) de l’anglais level, du latin populaire libellus, de libella « instrument servant à niveler », dérivé de libra « balance ». Niveler (xive s.), nivellement (1538), niveleur, euse (1546), nivelle (1907).


 

orient (1080) du latin oriens, participe présent de oriri « surgir, se lever ». Orienté, ée (1485), orienter (1680), orientation (1834).
 

perche (xiie s.) du latin perticancien.

photogrammétrie (1876) du grec photo « lumière », graphein « écrire » et metria « mesure ».

pied (xe s.) du latin pes, pedis.

piquet (xvie s.) pichet; (1380) de piquer. Piqueter (1628), piquetage (1871).

position (1265) du latin positio « action de mettre en place, position, situation », de ponere « poser, placer ». Positionner (1963), positionnement (1968).

pouce (v. 1150) du latin pollicem, dérivé de pollex.
 

repère (1578) de repaire, d’après le latin reperire « trouver ». Repérer (1676), repérage (1915).

réticule (1701) du latin reticulum « petit filet, résille »; employé en français moderne comme terme d’optique et au sens vieilli de « petit sac de femme ».


 

satellite (v. 1265) satelite, emprunt au latin satelles, satellitis « garde du corps, compagnon, serviteur, complice ».

seconde (1671) du latin minutum secundum « partie menue résultant de la seconde division de l'heure ou du degré ».

sextant (1602) emprunt au latin scientifique sextans « sixième partie d’une unité », dérivé de sex « six ».

sidéral, ale, aux (1520) du latin sideralis, de sidus, sideris « astre ».

stadia (1865) probablement du féminin du grec stadios « qui se tient debout, tout droit ».
 

télédétection (v. 1960) du grec télé- « loin » et de détection.

terme (v. 1050) du latin terminus « divinité romaine garantissant le caractère sacré et inviolable des limites légalement établies d'une propriété privée, d'une frontière » et « borne, limite, fin ».

théodolite (1704) theodelitus ou theodolitus, du grec thea « visée », odelos « index » et itus « cercle ». Instrument et mot inventé par l’Anglais Leonard Digges en 1571.

topo- du grec topos « lieu ». Topographie (1544), topographique (1567), topographe (1757), topométrie (v. 1900).

trépied (xiie s.) d’après pied, de l’ancien français trepez, du latin tripedem, de tripes « qui a trois pieds ».

triangle du latin triangulum, de tres « trois » et angulus « coin, angle ». Triangulation (1818), trianguler (1819).

trigonométrie (1613) emprunt au latin scientifique trigonometria, lui-même du grec trigonon et de -metria « mesure », du grec tri « trois », gônia: « angle » et du latin metiri « mesurer ».


verge (v. 1100) du latin virga « baguette, bâton, canne ».

vernier (1797) du nom de l’inventeur français Pierre Vernier.

vertical, e, aux (1545) emprunt du latin de basse époque verticalis de vertex et -ticis « sommet ».


zénith (1527) cenith, zenit, d'une mauvaise lecture senit de l’arabe samt, semt, zent, « chemin » dans l'expression samt ar-râs « chemin au-dessus de la tête ».

 

OUVRAGES CONSULTÉS

Dictionnaire étymologique et historique de la langue française (1996) - Le livre de poche Ed. Librairie générale française

Dictionnaire étymologique de la langue française (1960) Ed. Presses Universitaires de France

Le grand dictionnaire terminologique de l’Office de la langue française
http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/

L'étymologie des noms d’unité
http://www.dgcis.gouv.fr/metrologie/etymologie-des-noms-dunites

Étymologie scientifique
http://prairial.free.fr/index.php?lien=etymol

Petit Robert I (CD-Rom)
http://lerobert.demarque.com/fr/ca/dictionnaire-en-ligne/

Larousse Illustré (CD-Rom)
http://www.larousse.fr/

Scientific Unit Conversion (1997) Ed. Springer Verlag