Des arpenteurs-géomètres honorés dans la
toponymie du Québec


SANTERRE, R. (2002-03). "Des arpenteurs-géomètres honorés dans la toponymie du Québec." Géomatique, Revue de l'Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec, Partie I – 29(2), pp. 10-15 (3035 Kb PDF), Partie II – 29(3), pp. 8-12 (2296 Kb PDF), Partie III – 29(5)
, pp. 14-18 (2977 Kb PDF).

 

Catalogne, canton                 48°28'N  66°38'O

Situé à 35 km à l'est de Causapscal, ce canton est parcouru par les rivières Nouvelle et Petite rivière Nouvelle. 

Le nom qui l'identifie est celui de Gédéon de Catalogne (1662-1729), originaire du Béarn, arpenteur, cartographe et sous-ingénieur, arrivé à Québec en 1683 à titre de soldat dans les troupes de la Marine.  Les aléas de la carrière militaire l'amenèrent notamment à la baie d'Hudson, à l'île Saint-Jean, à Louisbourg et dans la vallée du Richelieu.  À chaque endroit, il dressa des plans et participa à la construction d'ouvrages de fortification.  Fort connu par ses cartes et plans souvent cités, il a effectué un premier relevé des seigneuries et habitations des gouvernements de Québec, Trois-Rivières et Montréal, accompagné d'un Mémoire publié en 1712.  Un second relevé, effectué en 1715, est cependant resté à l'état de manuscrit.
http://www.biographi.ca/fr/bio/catalogne_gedeon_2F.html


Chalifour, rivière                   50°22'N  73°44'O

La rivière Chalifour prend naissance dans le lac Kaauushichikaatakamau, à environ 100 km au nord-est de Chibougamau et déverse ses eaux à l'extrémité sud-est du lac Mistassini. 

Cette désignation évoque Adrien Chalifour, né à L'Islet en 1896 et mort en 1971.  Soldat en Europe lors de la Première Guerre mondiale, il deviendra arpenteur en 1921.  Jusqu'en 1945, il effectuera des voyages d'exploration dans la région du lac Mistassini.


Champlain, lac                       45°02'N  73°08'O

Lac transfrontalier partagé entre cinq autorités étatiques (le Canada, les États-Unis, le Québec, l'État de New York et celui du Vermont) et situé presque entièrement du côté américain.  Il se déverse dans la rivière Richelieu. Informé de son existence par les Amérindiens dès 1603, Champlain ne l'explore qu'en 1609 et le baptise Lac de Champlain.

Samuel de Champlain est né à Brouage, en France, vers 1570. Arrivé au pays (en Acadie) en 1603, il fonde Québec, berceau de l’Amérique française, en 1608. Excellent cartographe et explorateur, il est le premier arpenteur de la Nouvelle-France. Il borne la première concession de terre en Nouvelle-France (le fief de Sault-au-Matelot de Louis Hébert), en 1623. On lui doit de précieux récits de voyages datés de 1613, 1619 et 1632. Il dessine sa dernière carte de la Nouvelle-France en 1632. Samuel de Champlain est décédé à Québec le jour de Noël de l’année 1635.
http://www.biographi.ca/fr/bio/champlain_samuel_de_1F.html

    

    

 


Champlain, municipalité
       46°27'N  72°21'O

Municipalité de la Mauricie située non loin de Batiscan. C'est du nom de la seigneurie de Champlain, laquelle avait été dénommée d'après la rivière Champlain, que la municipalité tire sa propre appellation. À noter que c'est le seigneur Étienne Pézard de La Tou(s)che qui, en 1664, attribua le nom de Champlain à sa seigneurie et qu'il porta lui-même le patronyme La Tou(s)che Champlain.  Selon la version populaire, ce nom aurait été attribué par Samuel de Champlain (vers 1570-1635) qui, émerveillé par la beauté des lieux, se serait écrié : «Quel beau champ plein!», du latin campus planus, champ plat.  Cependant, on sait avec certitude que c'est le fondateur de Québec qui a été honoré ainsi, par lui-même, puisqu'il identifie le cours d'eau sur la Table qui accompagne sa carte de 1632, Rivière de Champlain. 

Champlain, circonscription électorale  46°30'N  72°30'O

Bornée par les circonscriptions électorales de Trois-Rivières, Saint-Maurice, Laviolette et Portneuf. Le nom du fondateur de Québec, Samuel de Champlain, fut attribué à cette circonscription électorale, alors qu'il désignait déjà une rivière et une seigneurie depuis le XVIIe siècle.

Champlain, MRC                  45°29'N  73°29'O

Municipalité régionale de comté située dans la Montérégie, sur la rive sud du Saint-Laurent, en face de Montréal. La MRC tire son nom du pont Champlain. Champlain a en effet beaucoup voyagé dans l'archipel d'Hochelaga, de l'île Sainte-Hélène au lac des Deux Montagnes, entre autres.  On peut expliquer que le pont porte ce nom également parce qu'il donne accès à l'autoroute qui conduit au lac Champlain. 

Champlain, pic                       48°20'N  68°50'O

Le pic Champlain, situé à 2 km environ à l'est de Saint-Fabien-sur-Mer près de Rimouski. Autrefois, le pic Champlain servait de point de repère aux pilotes et aux navigateurs du Saint-Laurent.  Il a même été utilisé comme poste d'observation au moment de la guerre de la Conquête, au milieu du XVIIIe siècle. On lui a attribué, depuis, le nom de Montagne du Bic ou Bic Hill.  Le toponyme Pic Champlain remonte aux années 1980.

Champou, canton                  49°03'N  65°10'O

Ce territoire inhabité est situé dans la péninsule de la Gaspésie, à environ 25 km au sud de Grande-Vallée. 

Ce canton honore la mémoire de Louis Champou, arpenteur nommé pour le gouvernement de Trois-Rivières le 6 décembre 1735, d'après un certificat de compétence signé par le père jésuite Joseph Des Landes, professeur de mathématiques et d'hydrographie au Collège de Québec. 


Charland, canton                   46°54'N  74°16'O

Ce canton situé à 40 km au nord-ouest de Saint-Michel-des-Saints dans la région de Lanaudière.

Son nom reprend celui de Louis Charland (1772-1813), arpenteur et cartographe. Né à Québec, il y est demeuré avant d'aller s'établir à Montréal où il œuvra comme inspecteur des Chemins à partir de 1799.  On lui doit plusieurs plans de Montréal et de Québec; il est coauteur avec Jean-Baptiste Duberger et William Vondenvelden de la première carte exacte du Bas-Canada, publiée à Londres en 1803, et auteur de Extraits des titres des anciennes concessions de terre en fief et seigneurie.
http://www.biographi.ca/fr/bio/charland_louis_5F.html


Cook, canton                         51°10'N  58°45'O

Ce canton inhabité est situé à 110 km à l'ouest de la frontière Québec—Terre-Neuve sur la Basse-Côte-Nord. 

Ce canton rappelle la mémoire de l'officier de marine anglais James Cook (1728-1779), hydrographe et explorateur qui réalisa le relevé hydrographique du Saint-Laurent et des côtes de Terre-Neuve et du Labrador, après avoir servi dans la marine anglaise. 
http://www.biographi.ca/fr/bio/cook_james_4F.html

    


Georges-Côté, presqu’île     50°47'N  73°37'O

Longue de 15 km, la presqu'île Georges-Côté s'avance de la rive centre-est du lac Mistassini, à environ 85 km au nord-est de Chibougamau. 

Ce toponyme rend hommage à Georges Côté, né à Québec en 1894 et mort dans cette même ville en 1980.  Diplômé de l'Académie commerciale de Québec, il obtient son baccalauréat en arpentage de l'Université Laval en 1914. De 1921 à 1970, il exerce diverses fonctions au sein de l'administration gouvernementale québécoise, dont celles de directeur des Services des arpentages et du cadastre, d'arpenteur-commissaire des frontières du Québec et de membre de la Commission de géographie du Québec (devenue la Commission de toponymie en 1977), de 1928 à 1967.  Le titre de fellow de la Royal Institution of Chartered Surveyors de Londres lui est attribué en 1949. Décoré en 1953 de la médaille du couronnement au nom de la Reine Elisabeth II. L'Université Laval lui décerne, en 1954, le titre de docteur honoris causa en arpentage. Il fut président de la Corporation des arpenteurs-géomètres du Québec de 1948 à 1950.

         


Poulin-De Courval, lac          48°52'N  70°27'O

Le lac Poulin-De Courval, se trouve à environ 60 km au nord-est de Chicoutimi. 

Cette appellation rend hommage à l'arpenteur Louis Poulin de Courval, né à Trois-Rivières en 1854 et décédé en 1940 à Victoriaville.  Au cours de 1892, il avait effectué des travaux d'arpentage dans le canton de Tremblay, au Saguenay.

    


Crépeau, canton                    50°14'N  75°38'O

Ce canton inhabité est situé à 60 km environ au nord-ouest de Chapais, à la latitude méridionale du lac Mistassini. 

Crépeau, lac                          53°56'N  70°36'O

Ce lac fait partie du territoire municipal de Baie-James.  La rivière de l'Aigle s'écoule à travers cette nappe d'eau, en direction sud-ouest, rejoignant ainsi la Grande Rivière. 

Armand-Charles Crépeau (1884-1959), ingénieur civil et arpenteur-géomètre, fit carrière à Sherbrooke où il débuta en 1909.  Après avoir exerçé la fonction d'ingénieur-conseil de la Commission hydroélectrique de l'Ontario, il exerça celle d'arpenteur et d'explorateur pour le département des Terres et Forêts du Québec dans le Nouveau-Québec.  En 1954, il devint doyen de la Faculté des sciences de l'Université de Sherbrooke, poste qu'il conserva jusqu'en 1959.  En politique, il fut député du comté de Sherbrooke à l'Assemblée législative, de 1924 à 1931.  L’Université Laval lui décerna un doctorat honorifique en arpentage en 1954. Il fut président de la Corporation des arpenteurs-géomètres du Québec de 1945 à 1948.

    


Guillaume-Delisle, lac          56°15'N  76°17'O

Le lac Guillaume-Delisle est séparé de la baie d'Hudson par une arête étroite et haute de roches. La communication entre ces deux entités hydrographiques s’effectue par un chenal appelé Le Goulet.              

Cet hydronyme honore la mémoire de Guillaume Delisle (1675-1726), premier géographe du roi de France. Il est l’auteur de nombreuses cartes — dont l'une sur la mer de l'Ouest, où apparaît le toponyme Baie d'Hudson.


Des Hayes, canton                49°18'N  69°14'O

Canton inhabité situé à 60 km au nord de Forestville sur la Côte-Nord.

Jean Des Hayes ou Deshayes (il signait parfois Deshaies) vint à Québec en 1685.  En 1686, il mesure la première ligne de base de la première triangulation au Canada puis il détermine la longitude de Québec par rapport à Paris. La même année, il effectua le relevé hydrographique du Saint-Laurent en aval de Québec puis quitta la colonie pendant seize ans. La publication de ses cartes marines, devenues instruments de base à la navigation, lui valut le poste d'hydrographe du roi en Nouvelle-France en 1702.  À son retour la même année, il enseigna le pilotage et la navigation et dessina, deux ans plus tard, la carte de la rive nord du Saint-Laurent.  Jean Des Hayes est décédé à Québec en 1706. 
http://www.biographi.ca/fr/bio/deshayes_jean_2F.html


Des Landes, canton              48°55'N  65°50'O

Le canton de Des Landes est situé à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Murdochville, en plein cœur des monts Chic-Chocs.

Son nom est celui du père jésuite Joseph Des Landes (1691-1742).  En 1727, il débarque à Québec et, durant les cinq années suivantes, on le charge de l'enseignement des mathématiques et de l'hydrographie au Collège de Québec. 
http://www.biographi.ca/fr/bio/des_landes_joseph_3F.html

Deville, canton                      48°43'N  65°46'O   

Situé dans les monts Chic-Chocs en Gaspésie, entre le fleuve Saint-Laurent et la baie des Chaleurs. Son territoire est arrosé par la rivière Bonaventure Ouest à l'est.

Le nom de ce canton lui a été attribué en l'honneur de l'arpenteur français Édouard-Gaston-Daniel Deville (1849-1924) qui a fait carrière au Canada.  Formé à Brest, Deville avait servi dans la marine française avant de venir à Québec. En 1875, l'année même de son arrivée, il était nommé inspecteur des Arpentages dans l'administration québécoise.  En 1881, il occupera une fonction semblable à Ottawa et, quatre ans plus tard, il deviendra arpenteur général pour le Canada, jusqu’en 1924. Il est le père de la photogrammétrie au Canada. Auteur de Photographic Surveying (1889). Il était membre de la Société Royale du Canada. En 1916, le roi George V le nomma compagnon de l’Ordre du Service Impérial. 
http://www.biographi.ca/fr/bio/deville_edouard_15F.html


Douglastown, village             48°46'N  64°23'O

Maintenant annexé à la ville de Gaspé et ce village est situé dans la partie sud de la baie de Gaspé.

Le toponyme porte le nom de l'arpenteur écossais John Douglas à qui le gouvernement anglais confie, en 1775, le mandat d'élaborer les plans d'un village modèle pour les Loyalistes. 


Duberger, canton                  50°10'N  73°40'O

Ce canton est situé à l'est de la route menant de Chibougamau au lac Albanel et à 25 km au sud de Mistissini (autrefois Baie-du-Poste).

C'est en l'honneur de Jean-Baptiste Duberger (1767-1821), arpenteur, cartographe et dessinateur que ce territoire inhabité fut nommé.  Au début de sa carrière, il a travaillé quelques années avec Samuel Holland et, en 1794, il a ébauché une carte du Bas-Canada que l'arpenteur Joseph Bouchette a reprise et publiée en 1815.  Il signe, avec Samuel Gale, une importante carte géographique en 1795.  Il est l'auteur de la fameuse maquette de la ville de Québec, exposée depuis 1981 au parc de l'Artillerie, à Québec. 
http://www.biographi.ca/fr/bio/duberger_jean_baptiste_6F.html


Dumais, canton                     48°54'N  72°47'O

Situé à environ 15 km à l'ouest de Normandin, ce canton est traversé de l'ouest au sud-est par la rivière Ashuapmushuan dans la région du Lac-Saint-Jean.

Ce canton honore la mémoire de l'arpenteur Pascal-Horace Dumais (1837-1906).  Né à Saint-Georges-de-Cacouna, il est considéré comme le pionnier du canton de Hébert, au Saguenay, où il s'est d'ailleurs installé.                  


 

 


Estcourt, canton                    47°30'N  69°10'O

Le canton d'Estcourt longe la frontière canado-américaine à l'extrémité du segment rectiligne qui se rapproche le plus du rivage sud du Saint-Laurent.  Partiellement limité à l'ouest par le lac Pohénégamook. Tout près de la frontière est implanté le village d'Estcourt. 

Cette dénomination rappelle James Bucknall Bucknall Estcourt (1802-1855), militaire qui arpenta, en 1846, le territoire près de la frontière entre le Canada et les États-Unis, dans cette région.   
http://www.biographi.ca/fr/bio/estcourt_james_bucknall_bucknall_8F.html


Fafard, canton                       49°30'N  67°35'O

Canton de la Côte-Nord limité à l'ouest à la fois par la rivière Godbout et son tributaire le ruisseau Ashini Est et, à l'est, par la rivière de la Trinité.

Fernand-Fafard, mont           48°45'N   66°56'O             

Mont situé dans la réserve faunique de Matane en Gaspésie.

Ce canton et ce mont rappellent la mémoire de Fernand Fafard (1882-1955), arpenteur et homme politique qui a exercé sa profession en Abitibi, dans le Haut-Saint-Maurice, dans le Lac-Saint-Jean et en Gaspésie.  Il a été président de la Corporation des arpenteurs-géomètres du Québec de 1938 à 1941, député fédéral de L'Islet de 1917 à 1940 et sénateur de 1940 à 1955.


Fletcher, canton                    48°55'N  65°10'O

Situé à moins de 20 km à l'est de Murdochville en Gaspésie, ce canton inhabité est traversé par la route reliant L'Anse-Pleureuse à Gaspé.

Il a été nommé pour rendre hommage à Edward Taylor Fletcher (1817-1897), né à Canterbury, en Angleterre, et qui a fait ses études à Québec.  Admis arpenteur en 1842, il a été attaché au Service de l'arpentage du Québec dont il devint le chef attitré, de 1878 à 1882.  Il est l'auteur de Reminiscences of Old Quebec. Il fut le premier secrétaire de la Corporation des arpenteurs-géomètres du Québec de 1882 à 1885.
http://www.biographi.ca/fr/bio/fletcher_edward_taylor_12F.html


Forgues, canton                     51°40'N  67°35'O

Le canton de Forgues est situé au sud du Petit lac Manicouagan, à une quarantaine de kilomètres à l'est du réservoir du même nom. 

Le nom rappelle le souvenir d'Eustache Forgues (1855-1892), qui fut arpenteur sur la Côte-Nord.  En octobre 1891, il remplaça le comte Henri de Puyjalon comme gardien du phare de l'île aux Perroquets.  Il se noya le 6 mai 1892 en retournant à la terre ferme.


Franquelin, canton                49°22'N  67°47'O          

Situé sur la Côte-Nord entre Baie-Comeau et Godbout, le canton de Franquelin est baigné par les eaux du fleuve Saint-Laurent et irrigué partiellement par la rivière Godbout, à l'est, et la rivière Franquelin, à l'ouest.

Franquelin, municipalité       49°22'N  67°50'O

Bordée de trois côtés par les Laurentides, cette municipalité nord-côtière, est située entre Baie-Comeau et Godbout. 

Ces désignations évoquent Jean-Baptiste-Louis Franquelin (vers 1651-après 1712), auteur de nombreuses et importantes cartes sur la Nouvelle-France de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècles. Arrivé au pays en 1671, il fit d'abord du commerce et commença ses travaux de cartographie dès 1674.  Géographe du roi (1686), puis hydrographe du roi (1687), Franquelin dresse, entre 1674 et 1708, une cinquantaine de cartes de la Nouvelle-France.  Après 1694, sa carrière se poursuivit en France. 
http://www.biographi.ca/fr/bio/franquelin_jean_baptiste_louis_2F.html

 

Directions.gif (3216 octets)