CONCEPTION D'UN OUTIL UTILISANT LES TECHNOLOGIES SIG ET GPS POUR LES MISSIONS DE RECHERCHE ET DE SAUVETAGE AÉRIENS

 

Il existe, au Canada, des organismes spécialisés dont le mandat est de secourir des personnes lorsqu'un avion est porté disparu. Les recherches et les sauvetages des personnes portées disparues sont effectuées par les forces armées canadiennes et des organismes civils (ACRSA - Association Civile de Recherche et de Sauvetage Aériens). L'ACRSA est un organisme qui a recourt à des volontaires civils, travaillant à bord d'avions légers, et venant renforcer les effectifs militaires. Actuellement, les équipements utilisés lors des recherches sont des cartes (1:250 000), des règles, des compas, des crayons, des ordinateurs et quelques récepteurs GPS bas de gamme. Cet organisme n'exploite aucun outil géomatique spécifique, et l'efficacité des missions de recherche est inférieure à 20 %.

Les moyens actuels ne permettent pas de dresser le bilan du territoire couvert lors d'une mission de recherche, car la trajectoire réellement suivie par I'avion n'est pas enregistrée. On considère que la mission s'est déroulée comme prévu lorsque toutes les lignes de vol ont été suivies et lorsque tout le territoire a été observé. Dans la réalité, certaines zones n'étaient pas visibles à cause du relief ou d'une trajectoire non conforme à celle planifiée. Le but de cette étude est de proposer une méthode qui permette d'identifier les zones non visibles lors d'une mission de recherche aérienne à I'aide de la combinaison des technologies du positionnement par satellites GPS (Global Positioning System) et des systèmes d'information géographique (SIG). Trois aspects doivent être considérer pour proposer une solution: 1) Il est nécessaire de choisir et de valider le mode de positionnement approprié à la saisie de la trajectoire des avions de recherche, 2) Il faut choisir le type et la résolution du modèle numérique pour identifier les zones qui ne peuvent être observées, 3) Il faut déterminer l'espacement optimal entre les points et les autres paramètres qui conditionnent I'analyse de visibilité afin de réduire les temps de calculs lors de l'identification des zones non observables.

Les résultats obtenus à ce jour confirment l'intérêt d'utiliser les technologies géomatiques dans ce contexte et la pertinence de la solution envisagée.