RELÈVEMENT SPATIAL DE CAMÉRAS NUMÉRIQUES AVEC GPS

 

Lorsque l'on désire localiser des points en temps réel, deux technologies, présentement en plein essor, peuvent être jumelées afin de répondre à ce besoin. Ces deux technologies sont les systèmes de vision numérique et le GPS (système de positionnement global).

Comme on le sait, les systèmes de vision ont besoin de points d'appui dans l'espace pour transformer les coordonnées photographiques en coordonnées-terrain. En plaçant les caméras dans des positions et orientations connues, la nécessité des points d'appui peut être ainsi éliminée. Pour ce faire, on peut utiliser d'une part le système GPS pour déterminer la position des caméras et d'autre part des théodolites pour orienter les caméras par rapport à la ligne de base. La capacité du GPS à effectuer le positionnement relatif à une précision de quelques millimètres (sur de courtes distances) a été documentée par plusieurs auteurs. Ce mémoire démontre que les systèmes de vision numérique et le GPS peuvent se compléter en photogrammétrie à courte distance.

Le mémoire présentera la façon de calculer la position et l'orientation des caméras, à partir de la position du centre de phase des antennes GPS et des angles mesurés avec les théodolites ainsi que les modèles mathématiques pour calculer les positions des points-objet à partir des centres de perspective des caméras.

La méthode proposée permet de mesurer directement des points dans des systèmes de coordonnées géodésique ou cartographique.

On y retrouve également un test pratique où une précision de ±5 mmn sur la localisation de points-objet est atteinte. Finalement, les plus importantes sources d'erreur du procédé de mesures sont identifiées.